Jean-Marie Ayer lors de la présentation du projet AINews au Forum des médias romands le 10 avril 2019 à Paudex (VD).

Le 10 avril 2019, AINews a quitté les rives de la Sarine pour celles du Léman afin de participer à la première édition du Forum des médias romands à Paudex (VD). C’était un honneur – et un défi aussi – de présenter en cinq minutes top chrono le projet sur lequel nous travaillons depuis six mois.

Comment évoquer en si peu de temps les raisons qui ont donné naissance à ce projet ? Face à un parterre de professionnels des médias, il était inutile d’argumenter sur la nécessité de développer une nouvelle manière de diffuser les contenus d’un journal régional. C’est l’objectif d’AINews, qui réunit pour cela les compétences de la Haute école d’ingénierie et d’architecture Fribourg (HEIA-FR), de la Haute école de gestion Fribourg (HEG-FR), de la start-up DjeBots et surtout le quotidien La Liberté.

Le journal, un ciment social

AINews part du principe qu’il faut s’adapter aux nouvelles habitudes de lecture amenées par les médias sociaux, car nous sommes convaincus que les gens – jeunes y compris – auront toujours besoin de s’informer sur ce qu’il se passe autour d’eux. Le journal papier a longtemps tenu le rôle de ciment social, il ne devrait pas être insurmontable de le maintenir dans le monde numérique.

Avec AINews, nous émettons l’hypothèse que le journal du futur est une conversation entre un lecteur et son journal qui apporte de l’émotion grâce à du contenu pertinent, varié et adapté.

Quoi de mieux pour dialoguer sur le web que les chats ? Fortement ancrées dans notre quotidien, les messageries regroupent aujourd’hui plus de trois milliards d’utilisateurs dans le monde.

«L’innovation sert à la question du lien»

Pour élaborer le journal numérique du futur, nous allons le tester au sein des deux écoles de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale (HES-SO) participant au projet, ce qui nous permet d’atteindre les jeunes âgés de 18 à 34 ans. Ce retour est d’autant plus important pour nous que cette tranche de la population se distancie des médias traditionnels. En travaillant avec eux, et grâce à l’important soutien d’Innosuisse, notre projet espère faire progresser la problématique dans la bonne direction.

Une direction sans doute pas trop erronée, puisque selon Eric Scherer, Director of Innovation and Future Media à France Télévisions, qui a posé un regard extérieur sur la presse suisse lors du Forum des médias romands, «l’innovation sert à la question du lien, de la conversation.»